Gäetane Thiney au milieu des supporters

Depuis la fin du mois de juin jusqu’au 17 juillet, vous avez sans aucun doute entendu parler, et ce en bien du football féminin. Retour sur la nouvelle sensation footballistique.

Une véritable Coupe du Monde

Après le fiasco de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, cette compétition qui se déroulait en Allemagne apporte un vent de renouveau dans ce sport qui devenait de plus en plus critiqué. Mauvais esprit, endettement économique, transfert hors de prix, perte du sens des réalités et même un spectacle parfois ennuyant voire déplorable.
Tous ces défauts attribués au foot masculins volent en éclats sous la ferveur que soulève leurs homologues féminines.

Des fins de matchs rocambolesques une finale inoubliable, de l’intensité et surtout du physique, les joueuses ne tombent pas au moindre contact et ça c’est agréable ! Avec le football féminin j’ai eu l’impression de voir des vrais matchs de football pour la première fois.

Il faut également rappeler que malgré le fait que ce soit le Japon qui ait remporté la CDM, (face aux USA 2-2 puis 3-1 au tirs au but) les françaises ont réalisé un superbe parcours (défaite en demi face aux USA).

Vers un nouvel Eldorado médiatique ?

La question qui se pose maintenant est la suivante : La ferveur qui a entouré cette coupe du monde féminine va elle retomber tout de suite auquel cas cela aurait été un feu de paille ou bien les télévision et sponsors vont t-il se tourner vers un sport en pleine progression et possédant un avenir radieux.

Le football féminin possède de nombreux atouts, outre la qualité du spectacle proposé il offre de nombreuses garanties au niveau des valeurs qu’il véhicule, de plus les sports féminins en général sont destinés à devenir l’avenir du sport selon de nombreux spécialistes.
Ont t-ils raison ? Je l’espère, ce sport mérite une plus ample reconnaissance médiatique, surtout après la victoire des Lyonnaises en coupe des champions cette année ainsi que l’excellent parcours des bleues durant cette coupe du monde. A ce jour seul direct 8 a su saisir l’opportunité et a retransmis quelques matchs et prévu de suivre l’équipe nationale pour la prochaine campagne européenne.

Le principal mot d’ordre est maintenant d’attendre et voir.


Wembley enceinte où aura lieu la finale.

Dans sa « bonne » volonté affichée de démocratiser le football européen, de lui donner une assise plus populaire et de le rendre accessible au plus grand nombre, l’UEFA a  semble t-il fait l’impasse, concernant la finale de la Ligue des champions.

Cette finale aura lieu le 28 mai 2011 dans la mythique enceinte de Wembley qui a déjà accueilli cinq finales de Coupe des clubs champions (1963, 1968, 1971, 1978, 1992). Malheureusement, la magie qu’une finale de champion’s league procure habituellement serein bien terne cette année, à la vue des prix des places pour cette finale, seul l’élite pourra s’octroyer des places pour ce rassemblement censé être « populaire ».

 

Un grand bravo aux instances de la l’UEFA !


Le 26 Février à Twickenham, antre du rugby anglais se jouera le match qui décidera probablement du vainqueur de ce tournoi des 6 nations cru 2011.

Le Pays de Galles étant mis hors de course pour l’obtention du grand chelem après la défaite face à l’Angleterre (19 à 26), les deux seules équipes encore invaincues sont le XV de France et le XV de la Rose.

Deux équipes : deux profils différents.

En prévision de ce choc, je vais vous proposer une présentation de l’état de forme de ces deux équipes en commençant par les Anglais.  L’équipe de Martin Johnson affiche le profil de favori pour cette édition 2011. Après avoir affiché un jeu serein durant les tests d’automne contre les équipes du sud, les anglais confirment leur lancée après avoir dominé leur sujet face aux Gallois, ils ont offerts une véritable leçon de rugby aux Italiens (59-13).

Ces mêmes Italiens qui restaient sur une série d’un essai encaissé par match en 4 matchs ont coulés face à l’armada offensive des blancs et rouges et un Chris Ashton intenable durant ce match et étant l’auteur  du premier quadruplé de l’histoire du Tournoi des 6 nations, ce qui porte à 6 le nombre de ses réalisations depuis le début du tournoi. Cette année, il sera donc difficile de déloger les joueurs de Sa Majesté. Puissante devant, précieuse en touche et monstrueuse derrière, la formation de Martin Johnson régale et s’est parfaitement préparée pour la réception des Bleus.

Chris Ashton sérial marqueur d'essais du tournoi

Les bleus eux ne rassurent pas, malgré deux victoires, ils ont déjà encaissés  6 essais en deux matchs, même si l’attaque se porte un peu mieux que durant la tournée d’automne, il manque des automatismes entre les arrières, contrairement aux anglais. Le fait que Marc Lièvremont n’ait toujours pas fixé une paire de centre n’apporte aucune sérénité en vue de la prochaine coupe du Monde. L’heure n’est plus aux constant essais, il nous faut une équipe avec des postes acquis pour chacun, il faut que Mr Lièvremont cesse de balader les joueurs d’un poste à l’autre.

Cependant tout n’est pas noir, les avants sont énormes, en mêlée tout comme en touche où ils rassurent. Les points à améliorer restent la défense même si elle est loin d’être nulle, le plus gros chantier reste l’attaque et trouver des automatismes. Face à Chris Ashton les bleus opposerons Maxime Médard, auteur de 2 essais pour le moment et dans une forme éblouissant en top 14, le duel tiendra je l’espère  toutes ses promesses.

Maxime Médard ailier du XV de France


Götze, révélation du Borussia Dortmund

Mario Götze 18 ans et déjà un phénomène presque incontournable avec l’équipe du Borussia Dortmund ou il évolue comme milieu de terrain. Devant faire face à une épidémie de blessures, l’entraineur Allemand du Borussia  Jürgen Klopp décide de laisser sa chance à ce jeune et bien lui en a pris car après 21 matchs les jaunes et noirs caracolent en tête du classement de la Bundesliga.   Götze pour sa première saison en tant que professionnel en est déjà à 20 matchs joués sur 21, ce qui est impressionnant vu son âge.

Un profil à la Lionel Messi

Mario Götze, c’est 1m71 pour 64 kilos, autant dire qu’il est léger est petit et possède donc un centre de gravité très bas, c’est surement ce physique qui lui permet de se faufiler entre les défenseurs adversaire afin de marquer ou délivrer une passe décisive. Il est un véritable poison pour les défenses Allemandes.  Indispensable en équipe nationale des – 17 ans avec lesquels il a remporté une coupe d’Europe.  Durant cette saison 2010/11, il incarne le renouveau du Borussia Dortmund, jeune et dynamique, il  l’un des artisans de ses succès (sacré Champion d’automne) au point d’être appelé par   Joachim Löw en sélection nationale face à la Suède en novembre puis l’Autriche en février, il est déjà considéré comme l’un des plus grands talents de sa génération.

Mario Götze sous les couleurs de sa séléction


Une victoire de prestige

Certes, les deux matchs amicaux joués et remportés  par l’équipe de France sont importants au niveau du capital confiance de cette jeune équipe. Les bleus même si ils étaient en supériorité numérique ont réussis à disposer de la « meilleure équipe mondiale », cela reste une victoire importante. Il est tout de même vrai que l’équipe d’Angleterre dont nous avons disposé était une équipe bis et celle du Brésil une équipe jeune  et en pleine construction. Du coup, il est un peu tôt pour dire que l’équipe de France a retrouvé le standing qui a fait d’elle une des meilleures nations du football au début des années 2000.

Cependant, lorsque l’on s’attache à la qualité du jeu, que ce soit contre l’Angleterre (2-1) et le Brésil (1-0), on voit de belles choses, mais trop rarement. Yoann Gourcuff ne parvient pas à retrouver son niveau et on peut ainsi se demander si sa présence est vraiment indispensable à l’équipe de France ? Apporte t’il réellement quelque chose dans le vestiaire ? Je ne pense pas, sur le terrain ? Rien n’est moins sûr. Jeremy Ménez lui a bien profité de l’absence de Nasri et de Valbuena, il a en effet, offert un caviar pour son ami Benzema au terme d’une action de grande classe. Il reste trop quand même encore inconsistant, à l’image d’une première période bien terne.

Karim Benzema - Buteur face au Brésil en amical

Malgré quelques problèmes  en attaque et au niveau de la fluidité du jeu, le secteur dont on peut être actuellement le plus fier est certainement la défense. La charnière Rami / Mexès a prouvé sa solidité mais c’est surtout le joueur de la Roma qui impressionne de part sa qualité technique et la justesse de ses tacles, il a été logiquement récompensé en obtenant de titre  d’homme du match.

Objectif qualification Euro

Après une série de 5 victoires, l’équipe de France doit continuer et même s’améliorer, le groupe semble soudé et le potentiel est là, le retour de Nasri et la confirmation de la charnière Rami – Mexès augurent le meilleur pour la suite.

Prochain rendez vous contre le Luxembourg le 29 Mars.


Une finale électrique

Nicolas Karabatic s'envole vers la victoire

Que de suspens pour cette finale des championnats du monde de Hand 2011 en Suède. Dans une salle hostile, à 30 min du Danemark c’était comme si ces derniers étaient à domicile dans ce stade de Malmö. On ne pourra pas dire que cette finale ne restera pas dans les annales, j’ai pu assister à une finale tendue de bout en bout. Les bleus qui ont dominés durant plus de 50  min, ont finalement été rattrapés par de valeureux Danois, menés par un exceptionnel M. Hansen.

Finalement au cours d’une prolongation palpitante et d’une tension hors norme, un arrêt de Thierry Omeyer qui confirme son titre de meilleur gardien du monde, puis un but de Michael Guigou signent la victoire pour les experts 37 à 35.

Les bleus rentrent dans l’histoire

En ajoutant une 4ème étoile à leur maillot, les experts rejoignent les meilleures équipes de handball (Roumanie et Suède) , mais c’est la première équipe à autant dominer tous les grands championnats, après les Jeux Olympiques, l’Europe et le Monde, les français marquent l’histoire du Handball.  Et franchement que c’est bon de voir une bande de potes, de personnes simples et pourtant si fortes. Ce que je vois surtout c’est une superbe aventure et un véritable amour du jeu. Les jeunes ont réussi leur intégration, la relève et donc assurées. To be continued


Comment vous expliquer à quel point je suis indigné par le comportement récent de certains joueurs de football.

Les boudeuses françaises

Stéphane Sessegnon milieu de Sunderland anciennement au PSG

Le cas Stéphane Séssegnon par exemple, suivant l’exemple de l’ex Marseillais Hatem Ben Arfa, l’ancien milieu parisien fait parti de la nouvelle génération que je qualifierai comme étant celle des « boudeuses », mon entraineur ne me fait pas jouer autant que je le souhaite ? Je ne viens plus à l’entrainement. Je décide de quitter le club parce que j’ai reçu une critique de la part des dirigeants. Une telle mentalité est inconcevable pour des sportifs de haut niveau.

Du coup après une remarque de son entraineur Antoine Kambouaré concernant la piètre qualité de son jeu, Séssegnon décide de ne plus s’entrainer et d’entamer un bras de fer avec le PSG pour finalement trouver preneur en la personne du club Anglais de Sunderland.

Un football sans passion.

Marre de ces joueurs qui pleurent pour des choses si futiles, quand on a la chance de gagner en moyenne 45,000 € par mois, on arrête de se moquer du monde.
Ce phénomène est d’autant plus dérangeant car il devient commun en France, depuis 2 jours c’est Dimitri Payet, l’homme de deux mois, on l’a vu fin aout et en septembre, depuis plus rien et Monsieur se voit déjà comme une superstar.
Je veux bien que les joueurs soient parfois mécontent, mais bon faut pas se foutre de la gueule du monde, un joueur comme Messi ou Ronaldo peut se permettre des caprices, lorsqu’on est un véritable génie du football, ce statut permet d’être un peu plus exigeant.
Mais soyons réaliste, Payet et Sessegnon sont des rigolos qui n’ont aucun amour pour le foot, aucun amour pour les clubs où ils jouent, aucun respect et cet état de fait devient malheureusement trop fréquent dans le football moderne.

Prenez par exemple l’interview pour le magazine So foot de l’international franco-camerounais Benoit Assou Ekotto qui déclarait n’avoir aucune passion pour le foot mais qu’il avait choisit ce métier parce qu’il était bon en sport et que c’est 10 – 15 ans de carrière avec un salaire énorme.

Trop d'argent tue la passion

Nous sommes dans l’air du foot- buisness, et c’est bien triste, pour l’instant le hand et le rugby ne sont pas encore aussi touchés mais pour combien de temps….